lundi 24 avril 2017

La lutte intégrée contre les ravageurs : cas des cultures à effets pièges et répulsives

Résultat de recherche d'images pour "lutte intégrée contre les ravageurs"
Cet article vous donne des technique pour lutter biologiquement contre les ravageurs en introduisant des cultures pièges ou répulsives à proximité d’une culture ou intercalée avec celle-ci. Ces plantes pièges sont capables d’attirer les ravageurs, le plus souvent des insectes, et ainsi de les détourner de la culture principale. Cela permet de limiter les dégâts causés par les ravageurs dans les parcelles, avec un minimum de recours aux intrants chimiques.

Les avantages de la technique
Cette technique permet de Limiter l’invasion et la propagation des ravageurs dans les cultures, en préventif. Son Coût peu élevé des diverses techniques. Elle N’est pas néfaste  pour l’environnement et nécessite peu de main-d’œuvre et de temps de travail

Peut-on combiner les plante pièges et répulsives
La combinaison des plantes auxiliaire est une bonne alternative de la lutte intégrée contre les ravageurs, elle permet de développer l’effet « push-pull » dans les cultures. La technique est donc plus efficace lorsqu’on associe les deux types de plantes :
  • 1-      Les  plantes à effets répulsifs (push).
Elles permettent d’éloigner les ravageurs de la culture principale et sont généralement installées en culture intercalaire. L’effet répulsif peut être obtenu soit en installant des cultures intercalaires répulsives, soit en traitant la culture principale avec des biopesticides, comme l’extrait de de Neem
  • 2-      Les plantes à effets pièges (pull).
Elles attirent les ravageurs dans des zones sans culture, le plus souvent en bordure de parcelle. Les cultures pièges peuvent soit uniquement détourner les ravageurs de la culture principale, soit en plus stopper le développement de leur larves, inhiber leur appétit, etc. et ainsi réduire la population de ravageurs au niveau de la parcelle.
Exemples d’associations de cultures pour l’obtention de l’effet « push-pull »
Maïs en bordure de parcelle maraîchère contre les mouches des légumes

Installer le maïs tout autour de la parcelle maraîchère comme culture piège pour les mouches de légumes, de la famille des Tephritidae, telles que Bactrocera cucurbitae, Dacus ciliatusou Dacus demmerezi. L’effet répulsif peut être obtenu soit par traitement de la – ou les – cultures principales, soit par association avec des cultures intercalaires aux effets répulsifs. 

Ces mouches passent 90 % de leur temps hors de la culture et ne viennent que pour y pondre. Installer des cultures autour qui peuvent leur servir de refuge permet d’éviter qu’elles aillent pondre sur les légumes. Il est possible de les éliminer avec un bio-insecticide sur la culture piège, ce qui évite d’avoir à épandre du bio-insecticide sur la culture principale elle-même.
Le maïs ne se contente pas de piéger les mouches des légumes, il attire également des organismes auxiliaires comme les syrphes. Mais pour conserver ces derniers, il faut alors veiller à ne pas mettre de bio-insecticide sur la culture piège. La stratégie dépend des populations de ravageurs et auxiliaires présentes.
Cette technique est efficace avec les semences paysannes, elle nécessite une très bonne connaissance des ravageurs, de leurs prédateurs et de leur milieu de croissance. Il est nécessaire d’y réfléchir en amont de la mise en place de la culture.

Pour en savoir plus
Des plants de maïs pour piéger les mouches des légumes, J. P. Deguine, S. Quilici, B. Reynaud, Cirad, Réunion, 2012. http://www.cirad.fr.
Combiner plantes pièges et plantes répulsives : stratégie « push-pull », Julien Halska, Marc Moraine, Inra, Réseau mixte technologie, systèmes de cultures  innovants, 2011. http://agropeps.clermont.cemagref.fr.
Implanter des cultures pièges à bio-agresseurs, Julien Halska Jacques Girard  Adeline Michel. Réseau mixte technologie, systèmes de cultures innovants, 2011. http://agropeps.clermont.cemagref.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire